©  2017 Mad Monkey

Les logos et marques des sociétés citées sont la propriété exclusive de leurs auteurs respectifs.

Les publications respectent les articles L122-5 et L211-3 du Code de la Propriété Intellectuelle...

PAL 01 - La famille Addams

November 14, 2017

Biographie de Charles Addams, le créateur de la famille Addams, à l'occasion d'une sortie VF chez Huginn & Muninn (ed. dont je parle aussi).

 lien alternatif: http://www.dailymotion.com/video/x690bcz

 

 

Texte de la vidéo :

 

Charles Samuel Addams est né 7 janvier 1912 à Westfield dans le New Jersey.

 

Son père l’encouragea au dessin et ses premiers cartoons furent publiés dans un journal étudiant de son lycée.

 

Il rejoindra la Colgate University en 1929 puis l’université de Pennsylvanie en 1930.

 

Entre 1931 et 1932 il passa aussi par la Grand Central School of Art de New York, mais il affirmera bien plus tard y avoir surtout passé son temps à observer les gens.

 

À sa grande surprise, il publiera en 1932 son premier dessin pour le New Yorker (ci dessous).

 

Il travaillera ensuite comme graphiste pour les publications groupe MacFadden, en particulier le magazine True Crime pour lequel il effaçait le sang des photos de scènes de crime.

 

Il deviendra un free-lance régulier du New Yorker à partir de 1940 grâce au dessin ci-dessous :

 

 

De 43 à 46 il servira dans le Signal Corps Photographic Center à New York, où son talent dessinateur sera mis à contribution pour réaliser des films d’animation servant dans la formation des soldats.

 

 

C’est pendant cette période qu’il rencontrera sa première épouse, Barbara Day, dont il divorcera en 1951.

 

À ce stade il serait peut-être bon de dire quelques mots du magazine pour lequel il publiera plus de 1300 dessins.

 

 

Charles et Barbara Day >

Le New Yorker est un hebdomadaire dont le premier numéro est daté du 21 février 1925. Il a été fondé par Harold Ross et son épouse Janet Grant, qui était déjà une plume du New York Time. L’objectif était de créer pour la grosse pomme un magazine sophistiqué. Cet élitisme apparent lui vaudra d’ailleurs un succès dépassant largement la ville de New York. Il est en effet largement reconnu pour la qualité de ses collaborateurs. Que soit pour les reportages, de ses fictions ou encore pour ses dessinateurs qui ne sont pas ici les parents pauvres des écrivains.

 

Sur ce point dont le journal reçoit environ 1000 propositions de dessins par semaine et qu’il n’en publie que 17. Ce qui lui permet de choisir parmi ce qui se fait de mieux à travers le monde.

 

Pour l’anecdote la directrice artistique actuelle du magazine est une française, l’éditrice Françoise Mouly, qui a par le passé fondé le magazine de bd underground Raw avec son époux Art Spiegelman (excusez du peu).

 En 1954, Addams épousa une avocate Barbara Barb, consciente de la renommée grandissante de son mari elle le pousse à lui confier des droits sur son travail. Elle ira jusqu’à insister pour qu’il prenne une assurance vie de 100 00 $. Inquiet pour sa santé il divorcera en 1956.

 

Et en 1964, apparaît à la télévision la première série consacrée à la Famille Addams. Cette série va figer énormément d’aspects de l’univers d’Addams dans l’esprit du public.

 

Charles Addams  et Barbara Barb >

 

 

En effet cette famille a été créée par petite touche au fil des années, un personnage anonyme apparaissant au détour d’un dessin revenant sous une forme légèrement modifiée quelque temps plus tard. Il va finir par croiser d’autres figures récurrentes du dessinateur.

 

 Mais la série tv avait elle, besoin d’un canon. Et si Chas s’est bien investi dans le show certains aspects en ont été fixés par la production.

 

 

Pour en revenir à Charles lui même il a toujours eu un penchant pour le macabre. Que soit pendant son enfance quand il s’amusait à faire des blagues à sa grand-mère où à l’âge mûr. 

 

Par exemple en 1980 il célébra son troisième mariage dans un cimetière pour animaux. Sa femme, Marilyn Matthews Miller, portait ce jour-là une robe noire.

 

Charles Addams et Marilyn Miller,

dans un cimetière pour animaux,

le jour de leur mariage >

 

Malgré tout, toutes les personnes qui l’ont fréquenté parlent de quelqu’un de foncièrement charmant et chaleureux. Et c’est peut-être là tout l’art d’Addams. Au travers de dessin au lavis il pose une ambiance, certes un peu noir, surtout il fait un petit pas de côté avec la normalité. Et au travers d’un humour grincent il souligne l’anormalité de nos comportements.

 Après si l’oncle Fester devrait probablement être en cage la petite famille n’en reste pas moins un groupe attaché les uns aux autres.

 

L'ÉDITION FRANÇAISE

 

Pour en revenir au livre lui même l’édition que nous propose Huginn & Muninn est franchement pas mal. Le livre bénéficie d’un bon travail éditorial, bien fait sur la forme et riche dans le contenu. Mais il n’y a pas tout probablement parce que tous les dessins d’Addams sur la petite famille n’ont pas été faits pour le New Yorker. Et aussi parce que rattacher certains dessins à la famille Addams peut être soumis à débat.

 

Dans cette édition les illustrations ne sont pas présentées dans l’ordre chronologique (personnellement j’aurais préféré), mais par thématiques centrées sur les personnages. Chose intéressante le livre contient les notes de présentation des personnages qu’avait écrit Charles afin d’aider les scénaristes de la première série TV à cerner ses personnages.

 

Pour finir, comme dit plus tôt il n’y a pas tout, mais il y a cependant de l’inédit que ce soit du non publié pour x raisons ou encore des croquis de recherches.

 

Bref vous aurez compris que j’apprécie ce livre. Ce n’est pas de l’art séquentiel, mais si vous aimez les illustrations de qualité et l’humour noir un peu pince-sans-rire ce livre est fait pour vous. Et j’espère qu’il sera un succès qui motivera Huggin & Muninn à publier d’autres travaux de Charles Addams.

Sources :

 

http://www.charlesaddams.com/

https://www.newyorker.com/cartoons/bob-mankoff/charles-addams

http://www.telegraph.co.uk/culture/comedy/8997927/Charles-Addams-Master-of-black-humour.html

http://www.nytimes.com/1988/09/30/obituaries/charles-addams-dead-at-76-found-humor-in-the-macabre.html?pagewanted=all

http://www.nytimes.com/2006/12/03/books/chapters/1203-1st-davis.html

https://www.npr.org/templates/story/story.php?storyId=6407492

https://www.biography.com/people/charles-addams-9176280

 

http://www.lemonde.fr/m-gens-portrait/article/2016/10/16/francoise-mouly-tete-d-affiche-au-new-yorker_5014584_4497229.html

http://www.lepoint.fr/culture/francoise-mouly-l-esprit-du-new-yorker-25-11-2010-1269746_3.php

http://next.liberation.fr/images/2016/10/14/francoise-mouly-l-oeil-qui-couve-le-new-yorker_1522058

https://www.lesechos.fr/04/12/2015/LesEchosWeekEnd/00010-012-ECWE_la-parisienne-du-new-yorker.htm

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Sites sympathiques :
Mots clefs :
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • YouTube Social  Icon
Réseaux sociaux :
La bibli' de Mad Monkey :

Sur ce blog je vais donner mon avis, pour le meilleur et pour

le pire, sur ce que j’ai lu en BD (principalement d’origine anglo-saxonne, mais pas seulement).

 

Pour mes vidéos, en plus de fournir des liens pour les visionner, je vais en fournir ici les textes afin que ceux qui n’apprécient pas ce média puissent tout de même en profiter.

 

Et puis je ne m’interdis pas de quitter de temps à autre le 9° art pour aborder d’autres trucs de geek.